Cours de flood
Tu veux te connecter ? Non ? Tu devrais !

Cours de flood

Ici, vous pourrez parler de graph' ou de RPG, peut etre meme écrire ou débatre un peu ... Et surtout flooder, un peu, beaucoup, à la folie !
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Moi aussi j'écris...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fleur-de-Lys
Grand floodeur
Grand floodeur
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Un peu partout à la fois...

Fiche
PUFF: Les bougies brûlent tellement vite...
Niveau rpg:
10/10  (10/10)
3 mots pour vous décrire: Trois ne suffiront...

MessageSujet: Moi aussi j'écris...   Sam 14 Jan - 5:39


Ecrire.

J'écris pour m'évader, j'écris pour m'oublier.
J'écris pour ne plus penser, pour laisser glisser ma plume le long de mes pensées.

Lorsque j'écris, je ne pense pas à lui.
Lorsque j'écris, je l'oublie aussi.

La seule chose qui compte alors pour moi, c'est de pouvoir rêver, me réinventer.

Je m'avance lentement alors dans un monde remplis tristesse et de joie.
Je m'y perd, pour au moins un instant, le temps de rêver, et de profiter.

Si tu veut, te peut me rejoindre, dans ce monde à la fois si étrange et mystérieux.
Il paraît effrayant, sans issue, mais une fois que tu auras gôuté a ses saveurs, plus jamais tu ne voudras le laisser derrière toi...



Les corbeaux.



Lorsqu'ils déploient leur ailes noires, lorsqu'ils s'envolent tel des fuyard,
Ils me font rêver, ils me font espèrer.

J'ai envie de les rejoindre, de leur crier de m'attendre,
Mais quand je me rend compte qu'ils ne m'entendent pas,
J'ai envie de pleurer, j'ai envie de m'envoler.

Je veux être comme eux, libre tel le vent,
Je veux partir loin, voler au dessus des océans.

Je leur envie leur beauté aveuglante,
Je leur envie leurs plumes,
Je leur envie leurs ailes d'anges.

Mais je sais qu'un jour, je pourrais moi aussi explorer les nuages,
Voir les arcs-en-ciel de prêt,
Et m'envoler haut, loin, pour oublier ma vie d'en bas, ma vie de rien.


Une rose noire.

Si une telle chose existait,
Tu serais le premier à qui je l'offrirais.
Et alors, tu comprendrais ma douleur, ma tristesse et la raison de mes pleurs,
Car chaque pétale de cette fleur representerait ma peine.
A chaque fois que tu en humerais l'odeur,
Tu te rappellerais à quel point tu aimais mon parfum, qui ressemblait au sien.
A chaque fois que tu regarderais sa beauté éclatante,
Tu te dirais "comme elle est belle...",
Et tu te rappellerais à quel point tu aimais me bercer de ces doux mots.
A chaque fois que tu toucherais sa robe de soie,
Tu te rappellerais à quel point tu aimais le contact de ma douce peau avec tes doigts lorsqu'ils étaient sur moi.
A chaque fois que tu entendrais le son que feraient ses pétales au vent,
Tu te rappellerais à quel point tu aimais ma voix lorsque je te disais "aime moi".

Malheureusement, tu ne sauras jamais tout ça,
Car une telle merveille, ça n'existe pas.


Partir.

Un jour, moi aussi je partirais,
Je prendrais le large, et je ne reviendrais.

Je voyagerais, j'irais jusqu'au bout du monde,
Et même au-delà.

J'aurais pour seul guide la mer, et les vagues,
Et le vent qui m'emportera, s'il le voudra.

Avec eux, je partirais, je rêverais,
Je découvrirais des endroits que l'Homme a encore inexploré.

Et je rêverais, encore et encore,
Et rien ne pourra m'en empêcher.



Pourquoi ?

Pourquoi es-tu si triste ?
Pourquoi me regardes-tu ainsi ?


Je n'ai jamais rien demandé,
Je n'ai jamais rien voulu,
Mais elle est apparut.

Et que t'as-t-elle fait pour te rendre si malheureux ?

Elle m'a appris à aimer,
Elle m'a appris à respecter,
Elle m'a appris...

Que t'as-t-elle appris ?

Elle m'a appris tant de choses,
De si belles choses.
Grâce à elle, j'ai connu le bonheur,
La joie d'être à deux,
Je me suis sentit heureux.

Et maintenant, pourquoi ne l'est-tu plus ?

J'ai demandé quelque chose...

Et qu'à tu demandé ?

J'ai demandé à toujours rester avec elle,
A toujours pouvoir l'aimer et faire comme elle.

Et qu'à-t-elle fait ?

Elle m'a aidé.

Ne crois-tu pas que maintenant, ça serait à ton tour d'aider ?

Oui, mais par qui commencer ?

Pourquoi pas par moi ?



Les personnes qui ont le plus besoin de se faire entendre ne se font jamais écouter.



Maman, Papa, Julia.

Pourquoi ne m'avait vous pas écouté quand j'essayais de me faire entendre ? Pourquoi personne ne m'a remarqué ? J'étais pourtant là, devant vous. Pendant 14 longues années, j'essayais de vous faire comprendre que ça n'allait pas. Mais mes prières muettes étaient en vain. J'étais seul et personne ne s'en préoccupait. Je n'étais rien. J'essayais de tenir, de construire mon avenir, mon futur. Mais seul ce n'est pas facile.

Maman, tu étais la plus douce, la plus gentille. Mais toi non plus tu ne me comprenais pas. Tu te rappelles qu'une nuit, dans mon lit, je pleurais et je t'ai appelé. Tu es venue, tu m'as prise dans tes bras, me demandant ce qu'il se passait. Je ne savais comment te le dire. J'ai essayé, je n'y suis pas arrivé. Alors tu m'as dit que ça arrivait, ces envies de pleurer. Tu m'as fait ton plus magnifique sourire. Et tu es partie.

Papa, tu étais le plus fort et le plus courageux. Tu m'as tellement appris, tu étais mon idole. Mais toi non plus tu ne me comprenais pas. Tu te rappelles, ce jour, où tu étais assis sur le banc blanc du jardin et que je suis venus m'asseoir à côté de toi. Tu m'as ébouriffé mes cheveux bruns en me disant qu'on avait une belle vie et qu'on devait en profiter. Je n'étais pas d'accord, mais je n'osais te le dire. Je me suis alors contenté de baisser la tête et murmurer tout bas « Papa... Je suis si fatigué... ». C'était la première chose qui m'est venus à l'esprit. J'étais fatigué. De tout ça. De ma vie. Mais tu ne m'as entendue. Tu m'as fait ton plus beau sourire. Et tu es parti aussi.

Julia, petite sœur, tu étais la plus formidable et adorable. Tu étais aussi mon dernier espoir. Mais tu ne me comprenais pas, comme tous les autres... Tu te rappelles de ce soir, où j'étais sur mon lit, le regard triste. Tu es venue me voir et tu t'es mise entre mes jambes, comme tu aimais tant le faire. Puis tu m'as regardé de tes grands yeux bleus et tu m'as dit « Pourquoi tu es triste grand frère ? ». Je ne pus m'empêcher de sourire. D'un sourire désespéré, te demandant pardon à voix basse. Tu t'es énervé. Je pleurais en silence. Tu as alors passé doucement tes petit bras autour de mon cou, et a posé ta tête blonde sur mon torse, me murmurant quelque chose qui ressemblait à « je ne laisserais personne te faire du mal ». J'essayais de te le faire comprendre avec mes mots, mes gestes, ma pensée, mais tu étais trop petite pour comprendre. Tu m'as embrassé sur la joue, et tu es partie.

Ce qui me fait le plus mal, c'est que vous soyez tous partis. Sauf elle. Elle a toujours été là, avant même que je ne m'en rende compte. C'est elle qui m'a permis de tenir tout ce temps. Je ne sais pas comment elle s'appelle ni qui elle est. Mais je l'aimais au plus profond de moi. Je ne sais comment vous expliquer cela. Mais je n'avais qu'à penser à elle, et j'étais heureux. Je n'ai jamais trouvé ma place sur terre. Maintenant, je sais pourquoi. Elle est avec elle, quelque part.

Je suis désolé de n'avoir pas eu le courage de continuer à vivre, de résister à cette tentation qu'est la mort. On a tous droit au bonheur. Moi aussi j'y ai droit. Et mon bonheur se trouve avec elle.
Je vous demande juste une dernière chose : ne m'oubliez pas, mais ne pensez pas à moi.
Je vous aime très fort, votre fils qui ne vous oubliera jamais.

P.S. : Je suis heureux.


Seule.

Seule, je suis bien.
Seule, je ne demande pourtant rien.

Alors pourquoi essayez vous de tout connaître de moi,
Pourquoi vouloir m'apprendre, je ne suis pas si fascinante que ça.

Arrêtez de vous inquiètez, n'essayez pas de me juger,
Contentez-vous de ce que je vous donne, n'en faite pas des tonnes.

Je ne me plains pas, et je ne le ferais pas,
Je suis bien comme ça.

Vous ne savez rien de moi,
Je ne suis pas si triste que ça.

Maintenant que je vous ai dis ça,
Ne cherchez plus, n'inventez plus.

Il n'y a rien entre les lignes de mon histoire,
Que du vide, du déjà-vu.

Et c'est très bien comme ça,
Parce que c'est moi.

Qu'est ce qui ne vous dis pas,
Qu'à côté de moi,
Il n'est pas là ?


La vie.

On ris, on aime, on pleure, on meurt,
C'est la vie, c'est ainsi.

Tu peut prier jour et nuit,
Te consacrer à lui,
Ca ne servira à rien,
Il te rappellera là d'où tu viens.

Tu peut verser toutes les larmes de ton corps,
Et bien plus que tu en as encore,
Mais où serait le sens,
Tu le sais tout aussi bien que moi,
Et pourtant tu continues à espèrer,
Et à prier, sachant tout cela vain,
Tu te fatigues pour rien.

Accepte simplement ton innocence,
Ton impuissance,
Et tu verras les choses d'une autre façon.

Ne perd pas de temps,
Qu'est ce que tu attends ?
Tu as encore de longues années devant toi,
Alors commences dés maintenant,
A apprécier la vie,
Telle qu'elle est aujourd'hui.


Pleure.

Pleure, pour que je vienne essuyer tes larmes.
Pleure, pour que je vienne te consoler.
Pleure, pour que je vienne te prendre dans mes bras.
Pleure, pour que je puisse comprendre ta douleur.
Pleure, pour que tes pleurs s'arrêtent en même temps que les miens.
Pleure, pour exprimer le mal que je t'ai fais.
Pleure, pour que je vienne m'excuser.
Pleure, pleure, pleure...

Mais si jamais tu as envie de pleurer pour moi, je t'en supplie, ne le fais pas.


Et ensuite ?


Je me suis toujours demandé, ce qu'il y avait après.
Car me suis toujours resignée à croire qu'ensuite,
Il n'y a que le vide.

Un jour, j'ai essayé, de voir par mes propres yeux,
Ce qui se cachait derrière ce néant d'illusion.

Et j'ai compris que je n'étais pas encore prête à le savoir,
Qu'il faudrait mieux pour moi continuer à croire,
Qu'après tout, on ne partira pas les mains vides,
Vers l'inconnu.

Je veux espèrer que tout est prévu,
Que tout n'est pas malheureux,
Qu'on ne finira pas en simple cendres,
Eparpillées, envolées,
Partant vers les sombres abysses de l'oubli et de la vie.


Nos différences.


Essaye de voir nos ressemblances,
Ne fais pas attention à nos différences.

Il y en a pas tant que ça,
Pas autant que tu le crois,
Alors s'il te plaît,
Accepte moi comme tu me vois.

Ne fais pas la liste de mes défauts,
Il y en a trop,
Mais j'ai aussi des qualités,
Ne l'oublies pas.

Fais de moi celle qui te complétera,
Celle qui te comprendra,
Celle que tu ne jugeras pas.

On a l'air différent,
Mais ce n'est pas le cas,
Ragarde toi,
Qu'est ce qui change en moi ?

Je te laisserais me découvrir,
Sans te mentir,
Et tu verras,
Que de toi à moi,
Il n'y a qu'une lettre qui change.

J'en ai quelques-uns encore, si ca interesse quelqu'un... =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patate
Machine à flood
Machine à flood
avatar

Messages : 1816
Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 21
Localisation : Si seulement c'était la Bretagne

Fiche
PUFF: Tishwa
Niveau rpg:
8/10  (8/10)
3 mots pour vous décrire: Hm. Bonjour !

MessageSujet: Re: Moi aussi j'écris...   Sam 14 Jan - 5:56

Whaaa.

Alors comme y'en a beaucoup, j'ai lu que le premier, "Ecrire", et la lettre.
Bah j'ai beaucoup aimé.
Je me réserve les autres pour plus tard.

C'que j'aime bien dans "Ecrire", c'est que c'est assez musical.
Enfin, moi, dans ma tête, je l'ai lu sur le ton d'une chanson.
Après, je saurais pas dire laquelle.

Sinon, j'aime beaucoup la lettre aussi.
Bien que je ne saurais pas trop dire pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://potatoes.forumactif.org
Fleur-de-Lys
Grand floodeur
Grand floodeur
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : Un peu partout à la fois...

Fiche
PUFF: Les bougies brûlent tellement vite...
Niveau rpg:
10/10  (10/10)
3 mots pour vous décrire: Trois ne suffiront...

MessageSujet: Re: Moi aussi j'écris...   Sam 14 Jan - 6:00

Musical ? Interessant...
J'l'écrivais pas comme étant une chanson, mais bon.

Merci en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gourounette.
Maitre du Flood
Maitre du Flood
avatar

Messages : 2534
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 21
Localisation : Juste derrière toi ...

Fiche
PUFF: Tigrette
Niveau rpg:
11/7  (11/7)
3 mots pour vous décrire: Bêbête, décalée, floodeuse

MessageSujet: Re: Moi aussi j'écris...   Jeu 16 Fév - 3:55

J'aime bien les gens qui écrivent. J'aime bien l'écriture. Pourtant ceux qui écrivent sont discrets, et on ne se doute pas qu'ils écrivent. Ce qui est bien sur les Forums, c'est que tout le monde écrit, on n'a pas à douter.

J'aime bien comment tu écris. Contrairement à Patate je ne suis pas comestible (haha, j'avais trop envie de mettre ça) je n'ai pas lu la lettre, je suis pavé-phobe. Mais je ne perds rien pour attendre (j'aime cette expression, mais j'ai jamais très bien saisi le sens...)

_________________
Fafa1244 - Tigrette - Gimpeuse - Chtidoum - Sterou - Titi - Gourou'naet
Spoiler:
 

ooh, vous vous souvenez ? Le concours de paquets de gâteaux ...
Spoiler:
 

Tagada dans la vodka !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coursdeflood.forumdediscussions.com
vodka.
Floodeur acquis
Floodeur acquis
avatar

Messages : 5083
Date d'inscription : 20/05/2009
Age : 19
Localisation : Jondi

Fiche
PUFF: cp/
Niveau rpg:
2937/10  (2937/10)
3 mots pour vous décrire: Vingt et un.

MessageSujet: Re: Moi aussi j'écris...   Dim 19 Fév - 6:46

Moi je les aime tous tes poèmes. Surtout ceux du début. Surtout "la rose noire", "partir" et "pourquoi", en fait.

_________________

Merci Ama ♥️

V O D K A
10 . 22 . 97
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moi aussi j'écris...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Moi aussi j'écris...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» voilà, j'suis là aussi
» Saint Mandrier , c'est toujours aussi joli.....
» cris d' un opprime
» etre parent le jour, la nuit aussi
» Moi aussi je viens de m'inscrire!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cours de flood :: Expos :: Ecritures-
Sauter vers: